Insolitalia

Voyage et Plaisirs

 

  • arts
  • arts
  • arts

La musique

Si tout commence par le chant grégorien et latin, peut-on évoquer l'Italie sans s'attarder avant tout sur l'opéra, un art qu'elle a créé au XVIIe siècle ?

Qu'il soit florentin, romain, vénitien et, un peu plus tard, napolitain, l'opéra occupera toutes les cours d'Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Chaque ville, grande ou petite, rivalisait pour avoir le plus beau théâtre, baroque, rococo ou art-nouveau !!

C'est l'Eurydice de Jacopo Peri qui reçoit le titre de « premier opéra de l'histoire de la musique ». Monteverdi (1567-1643) lui emboîte le tempo, bientôt repris à Rome et Venise.
Celle-ci perd son aura au profit de Naples, où compose Alessandro Scarlatti (1660-1725).

C'est ici que l'opera buffa prend son envol pendant que, à l'autre bout du pays, Vivaldi (1678-1741), virtuose et fantasque, s'essaie aux mythes et légendes.

Si un Rossini (1792-1868), un Bellini (1801-1835) ou un Donizetti (1797-1848) réhabilitent le bel canto, c'est Verdi (1813-1901) qui a consacré véritablement cet art.

Giacomo Puccini (1858-1924) met un terme au romantisme agonisant avec La Bohème, et plus encore sa Tosca.

Avec l'affirmation du courant vériste, les Italiens ont renchéri avec le Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni (1863-1945).
Pour finir sur une note d'apothéose, il faut citer le Napolitain Enrico Caruso (1873-1921), le ténor le plus célèbre de son temps et de l'histoire lyrique, suivi de nos jours par le très médiatisé Luciano Pavarotti.

La littérature

Le long voyage de la littérature italienne à travers les siècles commence au début du XIVe siècle lorsque Dante Alighieri, considéré comme le père de la langue et de la littérature, rédige La Divine Comédie.

Des poètes, tels Petrarque, qui puise la source de son inspiration artistique dans sa Muse :
Laura, ou Giacomo Leopardi, originaire de Recanati, dans les Marches, sont des auteurs célèbres dans le monde entier.

Le mot macchiavellico, que l'on emploie couramment en Italie pour désigner une personne sans scrupules qui agit selon des stratégies subtiles, dérive de l'écrivain toscan Nicoló Macchiavelli (1469-1527), qui, dans son livre le Prince, enseigne l'art de gouverner. En 1861 naît à Trieste Italo Svevo, le plus important écrivain contemporain de l'Italie du Nord, qui, dans La Coscienza di Zeno, renouvelle, sous l'influence de la psychanalyse, les techniques littéraires du roman, et devient le maître à penser de la littérature européenne du début du XXe siècle.

Et ce XXe siècle qui, avec ses élans sociaux, nous a donné l'école vériste de la "poesia del vero", avec Giovanni Verga en Sicile, Grazia Deledda (prix Nobel) en Sardaigne et Alberto Moravia à Roma.
Ces écrivains nous ont décrit la vie, les passions, les faiblesses des italiens réels.